« Blablacar où es-tu où es-tu ? », désolé.

Tout d’abord je tenais à mettre les choses au clair, j’ai réfléchi 4 heures avant de trouver ce titre … ne me remerciez pas. Ceci étant dit, la grève SNCF pousse beaucoup de français à utiliser la fameuse application Blablacar. J’en deviens de plus en plus un adepte. Trois arguments : l’économie d’argent, la gestion de mon budget et le prix pas très élevé. Si vous trouvez que ça se ressemble, c’est normal. Dans un Blablacar, tu trouves de tout, c’est un patchwork de notre société. Une certaine vision de la réussite mais aussi une certaine vision … dégueulasse. Florilège de mes expériences routières.

Le chauffeur de taxi

Le « chauffeur de taxi » est ce genre de personne qui t’emmène d’un point A à un point B. Sa mission n’est pas de faire la discussion. Vous vous en rendez compte assez rapidement. « Vous faîtes quoi dans la vie ? », « -Je travaille dans le transport ». POINT FINAL. Une chaleur humaine que vous pourriez traduire par : « Une seule question par personne ensuite tout le monde ferme sa gueule, suis-je clair? ». Payer une partie de son essence n’entre pas en ligne de compte dans son esprit. Vous ne serez jamais amis et si vous vous montrez un peu insistant sur le taillage de bavette, ce chauffeur augmentera légèrement le bruit de sa radio pour vous faire comprendre qu’entre vous et les « Grosses Têtes » son choix n’est pas bien difficile. En plus de vous ennuyer, vous allez jusqu’à remettre l’intérêt de votre existence sur cette terre. Pour un trajet d’une heure ça passe, pour trois heures, un conseil, chargez votre portable. 

ipxu3r

Une vie de roots

Blablacar existe depuis désormais une dizaine d’années. Le root aux finances fluctuantes (plus souvent fluctu… même si cette expression n’existe pas mais vous m’avez compris) à tout de suite compris l’intérêt de cette appli : économiser de l’argent qu’il n’a quasiment pas. Il a voyagé partout en France avec sa voiture (ou celle des autres) grâce à Blablacar. C’est l’Encyclopédie d’anecdotes drôles et d’histoires « originales ». En revanche, il n’a pas forcément pris en compte la rigueur que ce service demande. Des règles de base comme : les poils de chiens sont bien mieux sur le canapé du salon que sur la banquette arrière, les miettes au sol, l’odeur générale de la voiture ,qui est un fameux mélange entre de la bombe à chiottes et les clopes, et le fait que dans une 206, 4 passagers ça passe, 5 beaucoup moins. 5 sans compter la valise géante d’Anaïs, 22 ans, qui rentre chez sa mère pour une semaine à Paris et qui n’a donc pas ramener un bagage mais tout simplement son armoire. Le roots va très rapidement vous considérer comme son ami et va penser que mettre sa musique ne va pas vous déranger. Un conseil : ne commencez pas à rigoler à ses délires, le volume va augmenter sinon.

shnhdh

La pipelette

Une personne qu’il faut essayer d’éviter mais elle est plus difficile à déceler. La pipelette vous fera regretter d’avoir posé la question de base : « Et toi dans la vie, qu’est-ce que tu fais? ». FAUTE GRAVE. Le mot de passe de l’enfer. Entre ses galères, ses envies, le détail de ses missions, ses collègues un peu chiants (mais visiblement, on peut les comprendre), elle va rentrer dans le dur. Vous pouvez placer quelques éléments de votre vie, rien d’efficace, sa réponse commencera toujours par : « Ah mais moi aussi ». Vous vous pensiez narcissique ? A côté de ce chauffeur ou conductrice, vous êtes le symbole de l’ouverture sur les autres, une sorte de psychologue. Par politesse, vous répondrez oui, un petit sourire, une rigolade, un « ah bon? » ou un « wao, c’est chaud ». Vous êtes bien élevé(e), bravo mais il est vrai que sur ce coup-là un petit « ta gueule » des familles ne serait pas de refus. Un conseil : commencez à discuter avant de partir, si vous tombez sur le bavard ou la bavarde, mettez-vous à l’arrière et faîtes semblant de dormir. Plus de risques. 

interdit-sourdinterdit-sourd

Le « Hamilton » des départementales

Très souvent présent chez la gente masculine, le « Hamilton » des départementales » a une mission quasi divine : « GAGNER DU TEMPS ». Et pour gagner du temps, il faut conduire vite fait bien (ou mal souvent) fait. Les virages à 90 se transforment en virage à « 110 mon dieu on va se le manger le fossé ». Le panneau 130 sur l’Autoroute ne sera pas perçu par ce chauffeur comme une réglementation de vitesse. 140,145, on pousse à 150 si y’a pas de flics ou de radar sur Waze. La pause clope ou pipi sera également chronométrée et il vous le dira gentiment mais il vous le dira quand même ; « 5 minutes pas plus, on ne va pas perdre de temps ». A se demander si vous n’êtes pas tombé dans un « Go Fast » organisé par la mafia espagnole. Niveau look, on est souvent sur du trentenaire, du quadra, sympa, propre sur lui mais un brin trou du cul quand même. Comment le déceler ? Posez-lui une question en début de trajet : « On va arriver à quelle heure ? ». Il devrait vous répondre par un : « Normalement à 19h mais très souvent j’arrive plus tôt (+SOURIRE « J’me kiffe ») ». 

citation-taxi-003135 (1)

Bref sinon Blablacar, c’est parfait et les gens sont très sympas. J’ai déjà trouvé plus percutant comme fin d’article mais j’avais faim.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s