« L’histoire d’un mec pas très gentil qui doit affronter des mecs pas très mignons »

« Tu te marres ? Tu veux un bourre-pif dans la tronche ». Cette phrase, vous avez bien compris, elle ne vient pas de Patrick Chirac, Kev Adams ou Christian Clavier interprétant pour la 1780ème fois le rôle d’un riche bourgeois, connard qui porte des mocassins en daim, des chemises larges le tout en sirotant son jus d’orange autour de sa piscine de luxe. Non ça, c’est « du Olivier Marchal ». Du vrai cinéma, celui qui te fait faire un tout petit peu caca dessus. Pour jouer dans les films d’Olivier faut respirer la  violence, la souffrance, le « Radio Suicide, il est 13h, à gagner des cordes et des analgésiques à base d’opiacés ». Petit bilan.

« Tu ne veux pas du sirop? »

Dans les films d’Olivier Marchal, les acteurs ou les actrices ont dû préparer le rôle en fumant 150 paquets de clopes, en mangeant du charbon ou en restant tout(e) nu(e) dans la neige pendant 3 mois. Garou à côté c’est « Dora l’exploratrice ». En plus d’avoir la voix grave, les personnages ont tous des failles, des doutes, des problèmes. Mais attention pas des soucis du genre « j’ai oublié mon chargeur au boulot » ou « faut que je pense à acheter du lait pour les enfants », non,  on est plus sur du « je bois trois bouteilles de whisky par jour, mes gosses me parlent plus, ma mère se prostitue donc pour vivre je braque des banques en tuant des gens » ou « j’suis flic, j’ai perdu ma femme dans un accident, ma jambe gauche a été broyée, ma maison a été brûlée donc je me drogue pour oublier la douleur le tout en dealant de la coke ». Si t’es en face de gens comme ça tu ne peux pas dire « bon bah une bonne nuit et demain t’es reparti ». Alors que toi t’es insomniaque sans aucune raison eux c’est parce qu’ils doivent rembourser 500 000 euros en moins de 15 jours sinon « j’te préviens, j’te fume, t’as compris j’te fume! ». Les combos changent à chaque film et sont toujours assez variés : une fois un flic, une pute et un truand, une autre fois une pute, un truand et un flic ou encore un truand, un flic et une pute. 

le-prix-du-tabac-augmentera-bien-debut-2014

« C’est normal les 13 secondes de silence ? »

« Tu vas bien t’as réussi à dormir ? ……………………………….. -Oui et toi ? …………………………………………… Ça va « . Autant vous le dire de suite, n’emmenez pas votre ami narcoleptique regarder un film d’Olivier Marchal. Non mais vraiment j’insiste car sinon il va vous embêter toutes les 30 secondes : « Qu’est-ce qu’il a dit ? – Il a dit bonjour -Ah ok ……………………… – Qu’est-ce qu’elle a répondu ? – Bah elle lui a dit bonjour ». Bon après, avoir un pote narcoleptique est aussi rare à trouver qu’un godemiché chez Joey Starr. Dans les films à la « Marchal » le regard compte beaucoup, tous les personnages ont l’oeil noir du « j’te déconseille pas de me contrarier mais en revanche j’te conseille de pas goûter à mon gun Beretta ».  Généralement ils sont concentrés car ils attendent une info principale. Pas du « c’est bon les gars j’ai fait le plein de la voiture, j’suis passé à l’Elephant Bleu et j’vous ai pris des gâteaux », non c’est plus du genre « Mendes a flingué Jaunier comme le dernier des clébards, désormais ils veut nous briser la tête et il tuerait sa mère pour arriver à ses fins ». Charmant … J’vous laisse les mecs j’ai Zumba.

« C’est pas très très gentil c’que tu me dis »

Les films à la Marchal, c’est la caserne d’Ali Baba de la punchline. La phrase choc, qui claque, qui te ferait perdre ta répartie au point de balancer un « ah oué ??? et toi ? tu crois que t’es mieux toi ! BIMMMMMM, quoi ? C’est de la merde ? ». C’est gênant effectivement. Dans les productions d’Olivier, y’a du « Un jour les fantômes viendront sonner à ta porte et tu seras obligé de les suivre, et tu te retrouveras seul face à toutes les saloperies que tu as faites » (36 Quai des Orfèvres), « Tu vas crever la gueule ouverte comme un con que tout le monde a abandonné » (Les Lyonnais), « Vous vous prenez pour qui ? -Pour celui qu’à de l’argent ! » (Carbone), « Dieu est un fils de pute et un jour je le buterai » (MR 73), « Un bon flic c’est celui qui fout la main dans la merde -Oui commissaire mais il y’a foutre la main dans la merde et se mettre dans la merde » AHHHHH qu’est-ce que tu dis à ça mec ? Il t’a séché le chef !! Non mais range ton fusil, je déconnais … non bah non c’est bien de mettre la main dans la merde, moi je le fais souvent… dès que je peux je mets la main dans la merde….aïe tu me fais mal commissaire. AU SECOURS. 

1405159986-wahym3

Vive Olivier Marchal, vive ses films ! J’ai pas trouvé de vanne de fin, ne me jugez pas. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s