« Tu fais des flashs infos à la radio ? Évite ça tout de suite ! »

Le « flashman ou woman », tu vois ce que c’est comme job ? C’est le mec ou la fille qui parle pendant deux minutes dans ta radio sur un fond musical digne du dernier Rocky. Il ou elle t’informe pendant que tu prends ta douche, te brosses les dents ou que tu honores ta commande chez GIFI en tant que chauffeur-livreur. Deux minutes pour parler c’est peu me direz-vous, ça peut paraître simple à faire et à préparer, du journalisme de base, mais cet exercice est bourré de pièges qu’il faut éviter. Malgré ma petite année et demie d’expérience, je vais aujourd’hui témoigner pour toute une profession. On va se faire du bien et c’est gratuit. 

1 – Manger 10 minutes avant le flash

Oui quand tu te lèves à 4h15 du mat, il n’est pas rare que tu aies faim à 5h, 5h15, 5h30, 6H …en gros t’as tout le temps la dalle. Il peut t’arriver un jour de dévorer un sandwich jambon-beurre à 9H sans aucune espèce de gêne. Tout ce qui est comestible peut t’intéresser. Seul problème : manger et parler n’ont jamais fait bon ménage. A éviter plus précisément : la brioche. En effet, le flash qui arrive « dans déjà 5 minutes bordel » peut vite ressembler au discours de Taz ou Isabelle Mergault. D’autant plus que tu dois souvent placer des mots en « s », exemple : « les solutions souhaitées sous sa suggestion ». Mon dieu quelle horreur. PS : pense à ton micro.

269579647_9189446f7a_b

2 – Te lancer dans une brève à 28′

Le flash man ou woman sait que deux minutes c’est court et pour kiffer sa race, il aime varier les plaisirs. Comme un boulanger qui va mettre en avant un jour les éclairs au chocolat, le lendemain les flans, le flashman déplace ses brèves pour ne pas faire vivre à ses auditeurs une certaine routine. Dans cet élan de générosité, il lui arrive parfois de voir la news qui fait mouche, celle qui va donner à son flash plus d’ampleur. Seul problème : il est 7h27 et dans trois minutes l’animateur vedette va balancer « on se retrouve après le flash ». Que faire ? L’expérimenté(e) va prendre quelques notes et meubler en direct, le jeune en phase d’apprentissage va tenter le coup : rédiger la brève entièrement, après tout c’est jouable. Oui bien sûr que c’est jouable mais il va t’arriver de galérer à l’écrire cette brève. Oui en effet si ça concerne la « fête du chausson » c’est simple mais si cette brève concerne « les nouveaux tarifs du gaz en rapport avec la nouvelle réglementation sur la taxe d’habitation »… là tu rigoles moins. En plus, tu ne veux pas dire de conneries car bon tu l’aimes ton taf ! Et même si tu y arrives, tu n’es pas à l’abris de voir l’imprimante faire sa coquine et ne pas marcher ou alors te rendre compte que « nom de dieu mais la pub est courte !!! ». 3 fois sur 10 tu vas te retrouver à écouter ton collègue de natio. Chienne de vie … 

track-441242_960_720

3 – Les phrases longues avec des mots « compliqués » dedans

Alors oui ça c’est le truc du journaliste, dire le maximum de choses en une phrase. Sur le papier, ta brève elle claque, y’a de l’infos, du mots sérieux, des « selon la confédération française du vin, qui a mené son enquête auprès des vignerons nationaux entre 2009 et 2011, le taux d’importation des bouteilles à l’étranger connaît son meilleur ratio depuis dix ans ». STOP ! Tu vas le faire une fois mais alors la deuxième fois tu peux être sûr qu’on va te récupérer en PLS car oui dans la vie on respire ! C’est un truc génial qu’on découvre au fur et à mesure. Si tu avais de l’asthme en 5ème, fais deux phrases en une. Pour ceux dont la respiration est digne de Jacques Mayol c’est quasi finger in the noze. 

4 – Le flash avec plus de 420 caractères.

Attention, je dis attention ! Un flash de 2 minutes pour être tranquille c’est 400 caractères maximum. En-dessous tu peux parler lentement, pas de stress ! Au-dessus, tu sais que la deuxième page de ton flash peut vite se terminer en 100 mètres si tu accroches la moindre syllabe. Deux risques : niquer l’actu sport qui est quand même le truc le plus écouté chez les auditeurs et surtout foirer la raccro. La raccro, le truc qu’il ne faut pas abîmer pour tes patrons ! C’est l’essence même de la magie radiophonique : faire croire que le BOOM du fond musical est arrivé là par enchantement, tout comme le jingle du morning qui s’enclenche derrière. Quand tout se passe bien, tu te sens léger, heureux, un peu comme si tu avais dragué une fille et que ton plan avait marché parfaitement. Au pire des cas, (et tu verras ça va t’arriver) tu vas fourcher sur ta brève sport, parler aussi vite qu’un fan d’électro sous ectasy, placer des « euh » car tu n’arrives plus à te concentrer et qu’il reste 15 secondes et que  » merde j’ai encore 6 lignes à lire », connaître un blanc pour finir ta phrase et entendre la moitié du jingle du morning. Si vous n’avez rien compris, c’est normal, ce point 4 est surtout dédié à mes collègues du matin. Oué je me la pète avec cette phrase, enfin vu son contenu, il n’y a rien de glorieux.

MERDE

5 – Ne pas se relire  : « faute grave! »

Deuxième solution lorsqu’il n’y a pas trop d’actus : varier ta brève en plusieurs versions. Exemple : « Journée ensoleillée sur la France » deviendra « du soleil sur tout le pays ». Après tout c’est plutôt digne comme habitude, tu veux faire plaisir à l’auditeur et surtout bien lui confirmer que t’es en direct et que tu n’es pas un robot venu tout droit de Chine. Seul problème, si tu ne te relis pas tu peux vite passer pour un Cotorep. Oui car tu écris vite, tu penses aux courses que tu dois faire, tu ne vois pas l’erreur et là BIM : 8h02 ( pic d’audience): « Salut à tous, la météo journée ensoleillée sur le soleil du pays toute la France ». Oué t’as vu ça ne veut rien dire, si tu t’étais relu tu l’aurais faites la modif’ mais là t’es en direct et ton cerveau n’a pas eu le temps de ranger ton bordel ! Même pas 10 secondes et ton flash est foutu. C’est la vie Jacky, tu feras mieux dans 30 minutes. 

A tous mes collègues du matin, de France et de Navarre (notamment du Haut de Navarre, le fameux Navarre Haut, je sors …).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s